O grand Mombo, tu étais le plus majestueux, le plus grand.

Tu étais tellement apprécié que nous avions créé des chansons populaires en ton honneur

Mombo sapin, roi des forêts
Que j'aime ta verdure
Quand par l'hiver, bois et guérets
Sont dépouillés de leurs attraits
Mon beau sapin, roi des forêts
Tu gardes ta parure

Aujourd’hui, mon ami Mombo, c’est avec une grande tristesse que j’ai appris ton décès par cette dépêche :

CITE DU VATICAN — Un immense sapin de Noël de 33 mètres de haut, le plus grand jamais installé au Vatican, a été illuminé samedi soir place Saint-Pierre à Rome.

Cet épicéa rouge venu de la vallée du Piesting, en Autriche, a été offert par des pèlerins autrichiens au pape Benoît XVI, qui s'est dit heureux de pouvoir l'admirer de la fenêtre de ses appartements.

Lors de l'illumination du sapin, des centaines de pèlerins autrichiens ont entonné des chants de Noël sous une pluie torrentielle.

Cet arbre de Noël est le plus grand jamais installé place Saint-Pierre depuis que Jean Paul II a initié cette tradition en 1982.

Cette année, le sapin est décoré de 2.000 boules de Noël dorées et argentées, de lumières blanches et d'une étoile brillante. Il se dresse à proximité d'une crèche de Noël plus grande que nature, qui sera dévoilée la veille de Noël.

Triste nouvelle ! S’excuser ne servirai à rien, de toute façon ma race ne s’excuse jamais.

La seule chose que je peux faire c’est d’essayer de t’expliquer pourquoi tu es mort.

Ceux qui t’ont abattu t’ont choisi parce que tu faisais 33 mètres de haut, ça peut paraitre idiot comme cause de mort mais pourtant c’est la réalité.

Eh oui ! mon ami, 33, c’est l’âge qu’avais le fils de dieu quand il est mort. Ils t’ont abattu juste histoire de faire un petit clin d’œil à l’histoire de leur religion. C’est faire preuve de bien peu de respect vis-à-vis de ton grand âge. Pourtant il n’en pas toujours été ainsi.

Il y a fort longtemps, mes ancêtres te vénéraient car pendant l’hiver alors que la nature était endormie et semblait morte. Toi, en restant vert, tu étais le symbole de la continuité de la vie, tu était le symbole de l’éternité. Au milieu de la nuit, tu étais là pour dire, « pas de panique, ce n’est qu’un mauvais moment à passer ». Après le solstice d’hiver, les jours recommençaient à s’allonger, c’était le signe d’un nouveau cycle. Alors mes ancêtres pour inviter la nature à renaitre accrochaient aux branches des arbres, des faux fruits, des fausses fleurs. Ils demandaient aux arbres de fleurir à nouveau, ils remerciaient le soleil de prendre à nouveau de la hauteur. Ils dialoguaient avec la nature, un lien existait entre l’homme et la nature. 

Mais au fil du temps, l’homme a fini par inventer un Dieu unique. Un gars qui  avait tout créé sur terre et ailleurs. Il dirigeait le vent, la mer, les nuages, le feu, tout ce qui existait sur terre. Plus la peine de parler aux arbres, aux oiseaux, à l’eau. Il suffisait de s’adresser à Dieu, c’est lui qui s’occupait de tout. Pour gérer le business, l’homme a inventé les religions, dont une s’est appelée le christianisme en l’honneur du type qu’il l’avait crée. Les chrétiens sont allés voir tous ceux qui parlaient aux arbres, aux sources, aux pierres, aux montagnes. Ils leur ont fait comprendre que c’était complètement idiot de parler directement à la nature alors que désormais on pouvait s’adresser directement au patron. Ils ont alors inventé le téléphone qui permet de parler à Dieu : la croix. Comme ce sont des gens super cool les chrétiens ils ont mis des téléphones partout, où avant, l’homme parlait à la nature.

Alors ils ont mis des croix sur les pierres levées, ils ont placé des statues de saints sur les sources, les fontaines, ils ont bâtis des églises et des cathédrales sur des failles géologiques, ils ont mis des croix sur le sommet des montagnes, sur les arbres, bref sur tous les points de dialogue avec la nature.

Mais les ancêtres parlaient aussi avec le temps, avec les saisons. Alors les gentils chrétiens ont récupéré le temps en créant le calendrier. Ils ont récupéré toutes les célébrations des saisons en mettant des fêtes de saint à la place. La célébration la plus importante, celle du retour du soleil au solstice d’hiver, ils l’ont récupérée en faisant coïncider cette date avec celle du jour de la naissance de leur dieu, symbolisant ainsi le fait que l’arrivée de la nouvelle lumière représenté par le nouveau dieu. Ils ont appelés cette fête Noël, ça veut dire nouvelle lumière.

Mais les anciens rituels avaient la vie dure, donc ma race a continué de décorer les arbres aux solstices d’hiver. Mais ils avaient oublié comment parler aux arbres, vu qu’ils ne parlaient plus qu’à Dieu. Alors au lieu de s’embêter à prendre froid dehors, ils ont amené le sapin à l’intérieur de la maison et ils ont remplacé les offrandes par des cadeaux qu’ils se sont fait à eux-mêmes. Comme il ne te parlait plus, cher Mombo, il ne t’écoutait pas non plus, ils ne sont pas rendu compte qu’en t'invitant à l'intérieur de leur foyer, ils te tuait.

La technologie évoluant, ils ont remplacé le feu de cheminée par des guirlandes électriques, les fruits par des boules en plastique,  les offrandes par des jouets pour les enfants.

Depuis quelques temps, certains commencent à se dire que le temps où on parlait à la nature c’était pas plus idiot que de croire qu’un type a construit le monde en une semaine.

Les chrétiens ont peur que les gens arrêtent de parler avec leur Dieu et qu’ils recommencent à parler directement avec la nature.

Mais ils sentent bien que la fin approche, alors comme baroud d’honneur pour bien montrer la suprématie de leur Dieu sur la nature. Ils ont décidé de tuer, l’hérétique sapin qui a eu l’arrogance suprême d’oser atteindre la hauteur de 33 mètres, profanation du chiffre sacré. Alors cette année ils ont choisit de sacrifier le plus bel arbre de la forêt, et c’était toi ô grand Mombo.

Ils sont allé te chercher en Autriche pour t’amener au centre de leur nation, au cœur de leur temple, à la place saint pierre de Rome, siège de leur grand souverain pontifical, celui qui établit le pont, celui qui fait le lien, le chef religieux.

Ils ont décoré ton cadavre de 2000 boules, ils ont orné ta tête d’une étoile d’or. Le rituel primal a été respecté jusqu’au bout, des prières sont montées de la foule transit de froid sous la pluie au moment de l’illumination de ta dépouille, illuminutation réalisée par des lumières électriques représentant le feu purificateur. Ils t’on symboliquement brulé en place publique et pas n’importe quel place, celle du centre de la chretienté. Ils t’ont d’abord tué, puis humilié, et enfin purifié par le feu.

Ainsi le rituel initial qui était destiné à célébrer le retour à la vie, à saluer le retour du soleil, est devenu un rituel sacrificiel, un rituel de mort.

Pour reprendre une parole de leur Dieu, je te le dis, ô grand Mombo, pardonne leurs car ils ne savent pas ce qu’ils font.